Santé

Allergique au pollen ? Nos conseils

« Putain qu’il nous fait chier ce pollen ! » c’est ce que je m’exclame chaque année pour marquer notre arrivée en été. Si vous êtes allergique au pollen, vous allez vous reconnaître. Si vous n’êtes pas allergique au pollen, alors, découvrez comment souffre vos amis qui le sont.

Pollen, allergie, été, arbres

Je suis retourné en France et j’ai eu la mauvaise idée de faire un jogging en pleine nature. À travers les champs de blés, je gambadais de chemins escarpés en traversant des cours d’eau bordés de mille fleurs et de plantes toutes plus de jolies les unes que les autres. J’avais oublié que tout ce monde végétal hébergeait mon pire ennemi, le pollen.

Bref, j’étais sauvagement attaqué.

Les symptômes de l’allergie au pollen.

On parle de rhume des foins, d’allergie pollinique, de rhinite allergique ou encore de rhinite saisonnière lorsque vous vous faites attaquer par ce connard de pollen.

Comment ça marche ? 

Plus précisément, il existe plusieurs types de pollen. À l’inspiration du pollen, si vous êtes allergique, vous ferez une réaction à la protéine de pollen. Une fois le pollen inspiré, celui-ci libérera de l’histamine qui finira par provoquer une inflammation conjonctive des yeux et de la muqueuse nasale.




La différence entre le rhume des foins et le rhume tout court, c’est que pour la plupart des cas, vous n’aurez pas de fièvre.

En revanche, d’autres problèmes sont à prévoir :
– éternuements ;
– Nez qui coule (écoulement nasal si vous préférez) ;
– Fatigue ;
– Yeux qui piquent ;
– Démangeaisons au niveau du palais :
– Problème de respiration.

En somme, dans la plupart des cas, ça n’est pas bien grave puisqu’environ 20% de la population est allergique au pollen. Cela étant, ça fait chier. Ce que je trouve le plus ennuyant c’est la fatigue.

Raison(s) de l’allergie au pollen.

De nos jours, les scientifiques n’ont toujours pas trouvé de raison à l’allergie au pollen.
Il semblerait que cette dernière soit héréditaire et que les garçons soient les plus touchés.

Bien souvent, les allergies se déclenchent pendant l’enfance et elles deviennent plus fortes au moment de la puberté.
Les personnes qui fument ou qui sont victimes du tabagisme passif seront d’autant plus sensibles à ce fieffé pollen.
De la même manière, la pollution atmosphérique est un facteur aggravant lorsque la pollinisation commence.

La source de votre malheur.

Il existe trois types de groupes allergènes lorsque l’on parle du pollen :
– les arbres ;
– Les graminés ;
– Les herbes.

Certains seront plus sensibles aux arbres tandis que pour d’autres, ce sera les herbes.
Pour ma part, je souffre particulièrement à l’approche des champs de blés (donc les graminés).
Il est à noté que le bouleau serait le numéro 1.

Les saisons.

Votre rhume des foins interviendra principalement entre mai et juillet. Tout dépend de l’endroit où vous vivez, car si vous vivez dans le sud de la France, vous risquez de vous grater les yeux et de vous moucher à cause des cyprès dès les mois de février et mars. Toujours est-il qu’après le moins le juillet, on ne devrait plus trop avoir ce problème.

Comment soigner une allergie au pollen ?

Dans un premier lieu, il est tout de même bon de rappeler qu’il faut être médicalement diagnostiqué allergique au pollen avant de se faire traiter. Logique me direz-vous. Seulement, bons nombres de personnes ont tendance à griller les étapes.
On parle souvent d’antihistaminiques pour soigner le rhume des foins. Précédemment, je vous parlais de l’histamine qui provoquait l’inflammation de votre muqueuse nasale et de la conjonctive. En l’occurrence, l’antihistaminique aura pour fonction de réduire ou d’éliminer les effets de l’histamine.
On conseille aussi souvent d’utiliser un spray à l’eau de mer à utiliser matin et soir pour nez l’intérieur de votre nez.

Dans le cas où l’antihistaminique serait trop peu efficace, un médecin pourrait vous prescrire une corticothérapie, c’est-à-dire une cure (généralement courte, 1 semaine) de corticoïdes.

Une dernière solution est de vous accoutumer au pollen. On parle dans ce cas désensibilisation au pollen. On emploie la même technique que dans l’Égypte antique où l’on s’injecte des micro-doses de vénin de serpent pour y être moins sensible. Ici, il s’agit d’un désensibilisation de 3 à 5 ans avec des micro-doses de pollen.



Conseils et astuces pollen

Je liste ici des conseils pour minimiser les dégâts:

– aérez votre maison quand il pleut ou la nuit s’il n’y a pas trop de vent.
– Le soir, retirez vos vêtements dans une autre pièce que vos chambres ;
– Changez votre linge de lit plus souvent ;
Aspirez plus régulièrement votre maison.
– Vous pouvez aussi aspirez avec le tube de votre aspirateur votre matelas.
Prenez un douche tous les soirs ;
– Rincez vos cheveux (si vous en avez) ;
– achetez du spray nasal à l’eau de mer une à deux fois par jour ;
– Mettez des lunettes de soleil pour protéger vos yeux du pollen ;
– nettoyez vos yeux avec du collyre une à deux fois par jour ;
– Diminuer la cigarette ou arrêtez complètement de fumer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *